Suppression des crédits-temps : mobilisation pour empêcher le gouvernement de rendre notre travail infaisable

Le PTB s’oppose à la volonté du gouvernement de supprimer la possibilité de crédits-temps de fin de carrière à 55 ans et soutient les appels des organisations syndicales à se mobiliser le 14 décembre prochain.

Benjamin Pestieau

La presse a annoncé que le gouvernement devrait confirmer ce vendredi, au cours du prochain Conseil des ministre, son projet de supprimer les crédits-temps de fin de carrière à 55 ans.

Plus de 100 000 travailleurs – secteurs privé et public confondus – ont aujourd'hui un crédit-temps de fin de carrière : ils travaillent en 4/5e ou à mi-temps jusqu'à leur pension. Les trois quarts d'entre eux – soit 77 000 – ont moins de 60 ans. Ils subissent certes une perte de salaire mais, grâce à la prime de 263 euros bruts par mois en 4/5e ou de 469 euros bruts par mois à mi-temps, cela peut encore aller. En outre, ils ne sont pas sanctionnés sur le plan de leur pension. Celle-ci continue à être calculée sur base de leur dernier salaire. Cette mesure rend le travail un peu plus supportable pour les travailleurs plus âgés. Mais, dans son accord de cet été, le gouvernement a décidé qu'il faudra attendre l'âge de 60 ans pour pouvoir prendre un crédit-temps de fin de carrière.

Il voudrait aussi - comme annoncé cet été - rendre l’accès à la prépension toujours plus difficile. La réaction syndicale ne s’est pas faite attendre. Le 14 décembre devrait constituer une journée de larges mobilisations syndicales. Le PTB sera bien entendu aux côtés des travailleurs dans cette nouvelle mobilisation.

« Le gouvernement MR-N-VA a beaucoup parlé de travail faisable, mais, en supprimant les possibilités de crédits-temps de fin de carrière à 55 ans, il rend les carrière infaisable pour des dizaines de milliers de travailleurs, réagit Raoul Hedebouw, porte-parole et député fédéral du PTB. Une étude de Médecine pour le Peuple a montré récemment que 50 % des travailleurs de 55 ans étaient en incapacité totale ou partielle de travailler. Le gouvernement devrait être à l’écoute de cette souffrance qui vient du terrain. »

Et d’ajouter : « Il est urgent de revenir en arrière sur toute la logique défendue actuellement par le gouvernement. Pour cela, il faut appliquer le plan 65-60-55 défendu par de nombreux syndicalistes et soutenu par le PTB. Concrètement, un retour à la pension légale dès 65 ans, un droit général à la prépension ou à la pension anticipée dès 60 ans et le maintien des crédits-temps de fin de carrière à 55 ans. »

Le PTB soutient l’appel à la mobilisation des salariés le 14 décembre prochain, qui concerne les pensions et les salaires. « Pour le PTB, c’est un nouveau signal lancé par les travailleurs et travailleuses du pays au gouvernement. Si le gouvernement persiste, ils ne lâcheront rien jusqu’aux élections. Et, bien entendu, le PTB répondra également présent. Dans la rue, bien sûr, mais aussi en continuant à diffuser notre pétition pour les pensions qui a déjà récolté plus de 43 000 signatures sur www.pastoucheanospensions.be », conclut Raoul Hedebouw.

Défendez nos pensions et fins de carrière






Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.