« Ils nous prennent nos meilleures années » : métiers pénibles et droit à la prépension à partir de 58 ans

Le service d’étude du PTB a pu mettre la main sur un avant-projet de loi sur les métiers pénibles. Et que peut-on constater ? Ceux qui pourront partir avant 67 ans ne seront que très peu nombreux. Et ceux qui s’en iront plus tôt perdront une partie de leur pension. De plus, personne ne pourra partir avant 60 ans, pas même avec un métier pénible.

La grande majorité des Belges s’oppose au report de l’âge de la pension à 67 ans. Comme un voleur dans la nuit, le gouvernement a fait passer ce point au Parlement, en dépit de toutes les promesses électorales. « Mais ne vous tracassez pas, ont assuré les ministres. Les gens qui exercent un métier pénible pourront prendre leur pension plus tôt. »

Bien des travailleurs comptent là-dessus. Des travailleurs de tous les secteurs et coins du pays : les bagagistes dans les aéroports, les éboueurs qui soulèvent chaque jour des centaines de kilos, le personnel soignant avec des horaires impossibles et une lourde charge émotionnelle, les enseignants stressés parce qu’ils doivent jour après jour sortir le meilleur d’eux-mêmes, les travailleurs de la métallurgie et de la chimie qui opèrent en équipe, les chauffeurs de bus, les femmes de charge qui souffrent massivement de tendinite, les travailleurs atteints d’un burn-out, les travailleurs de la construction, les facteurs, les puéricultrices... Impossible d’exercer tous ces métiers jusque l’âge de 67 ans.

Dans bien des cas, il existe toujours des systèmes permettant de prendre sa prépension à partir de 58 ou 59 ans. Des systèmes que le gouvernement compte supprimer à partir du 1er janvier 2019.

Le service d’étude du PTB a pu mettre la main sur un avant-projet de loi. Et que peut-on constater ? Certains pourront partir avant 67 ans, mais ils ne seront que très peu nombreux, car la liste est très courte. Et ceux qui s’en iront plus tôt perdront une partie de leur pension. De plus, personne ne pourra partir avant 60 ans, même pas ceux qui exercent un métier très pénible dès leur plus jeune âge. Cela signifie que le gouvernement supprime le droit au repos en bonne santé pour tout un groupe de personnes.

Car tout le monde ne vit pas encore 20 ans après sa pension, et certainement pas en bonne santé. Les gens qui commencent à travailler à 16, 17 ou 18 ans sont souvent retraités après 40 ans de service. N’auront-ils plus de droit au repos et à la liberté à la fin de leur vie ? La pension anticipée et la prépension constituent leur droit à la pension. Si nous les supprimons, nous disons en fait : « Pour vous, il n’y a pas de droit à la pension. Pour vous, après le travail, ce sera directement le cimetière ! »

Téléchargez notre brochure complète :

Lire aussi


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Prêt à remplir cette enquête?